MOULIN JEUNET


LE MOULIN JEUNET



Source :

Autour de l’exposition « Céréales, moulins et fours du Jura - Vème-XVIème siècles » Moulins de Thervay et de la vallée du Hérisson (Jura) - Serge DAVID

Extrait du livre La vallée du Hérisson ses 31 cascades – Jean Luc MORDEFROID publié en 1989



Anciennes dénominations :



·        1434 à 1477 : le moulin du Frasnois



·        1477 : les moulins de la Fromagerie



·        1840 : le moulin de la Roche des Battus



·        1849 à 1848 : le moulin Pillot



·        1848 à 1875 : le moulin Grappe



·        1876 à 1882 : le moulin Fieux



·        1882 à 1902 : le moulin Jeunet



·        1903 : le Moulin-Jeunet





Origines



Sur les bords du Hérisson, le « molin des habitants du Franoy »


Pauvre en énergie, le Moyen Age dépend de l’hydraulique. Connu depuis l’Antiquité, le moulin à eau est la machine qui permet de moudre le grain, de fouler les draps et de battre le chanvre, pour ne citer que quelques usages. On sait que les moulins se sont multipliés entre le XIème et le XIIIème siècles, période d’expansion marquée par la croissance de la production, une forte progression démographique, l’augmentation des surfaces cultivées, l’essor du commerce et le renouveau urbain.


Ce moulin est connu par des documents d‘archives et un diagnostic archéologique réalisé en 1993 par le Service d’Archéologie de la ville de Lons-le-Saunier (responsable : Jean-Luc MORDEFROID). Les villages du Frasnois et de La Fromagerie dépendent au début du XVème siècle du fief de Chatelneuf qui a deux titulaires : l’abbaye cistercienne de Balerne et le seigneur de Montrivel.


Les origines du moulin du Frasnois sont connues par un des terriers de l’abbaye de Balerne (Ney). Rédigé en 1522-1524, il donne la copie d’un acte du 31 mai 1434 par lequel l’un des Autour de l’exposition « Céréales, moulins et fours du Jura - Vème-XVIème siècles » Moulins de Thervay et de la vallée du Hérisson (Jura) Serge DAVID

Ce moulin apparaît au XVème siècle :



·        31 mai 1434, copie d’un acte par lequel l’un des  coseigneurs, Louis de Chalon, prince d’Orange et seigneur de Montrivel  donne à cens aux habitants du Frasnois



o   « le court de l’aigue (l’eau) pour faire et édifier pour leur useige (usage) rivière du sault girard, a plus convenablement et a leurs prouffit (profit) que faire le pourront, ensemble et avec une fole (foule) pour des draps, un bapteur (batteur) pour le chanvre  et une sye (scie), se faire ils veillent et bon leurs semble ».



o    En contrepartie, chaque ménage du Frasnois versera toutes les Saint-Martin d’hiver (11 novembre) un cens en nature de deux quartaux de froment, l’un au grenier de Montrivel, l’autre à celui de Balerne.


Il est fait interdiction aux habitants d’utiliser un autre moulin. S’ils passent outre, ils seront soumis à une amende de 60 sols (« Ne peuvent aller moldre, baptre ny fouller aultre part soubz le dangier de l’emende de soixante solz »).

§  La scie ne sera jamais installée.

Il s’agit d’un  un moulin en pierre construit sur les bords du Hérisson, affluent de l’Ain, par la communauté villageoise.


Il s’agit d’un bâtiment de plan barlong long de 14,5 m, large de 7, dans lequel sont aménagés trois passages d’axes correspondant à trois roues correspondant au moulin à céréales, au battoir à chanvre et à la foule à drap.

 Le Hérisson est détourné environ 16 m en amont. Acheminée par une canalisation aérienne en bois, l’eau tombe sur les roues installées dans un bief en gros appareil irrégulier comme le moulin, équipé  de trois tournants qui témoigne du dynamisme économique retrouvé au XVème siècle après la crise du siècle précédent et révèle la présence d’une production drapière.

Un moulin qui montre également le dynamisme et le renforcement d’une communauté villageoise face à la puissance seigneuriale.

Les grandes dates et différents propriétaires

(Cf.  Archives département du Jura 16 H 22 et 26 H 25)



 En 1470, le moulin est relié par un simple sentier.

Vraisemblablement abandonné suite à la dévastation de la Région des Lacs pendant la guerre de 10 ans durant les années 1635 à 1639 principalement, le moulin tomba petit à petit en ruine. La paix revenue, les finances de la communauté du Frasnois étaient au plus bas. Le Frasnois emprunta et s’endetta ;

Le 26 juin 1663, la communauté villageoise fit le choix de céder le moulin à un particulier Guillaume Grappe pour sa reconstruction, indispensable à la bonne marche de l’économie locale ; aussitôt, les chartreux de Bon-Lieu, détenteurs de la moitié sud du cours du Hérisson, mirent en garde les nouveaux censitaires contre un empiétement éventuel sur la rive gauche.
Si les religieux permirent aux Grappe l’exploitation de dix journaux en prés et bois situés en face du moulin, ce fut à de strictes conditions. Les meuniers « ne pourront y construire aucun bâtiment n’y faire pâturer plus de huit bêtes bovines, une cavale (jument) et quelques chèvres ».
I
l est d’ailleurs bien spécifié que la jouissance du pré, longeant le Hérisson, n’entraîne absolument pas, la jouissance de la force hydraulique : « non compris le droit et de cours d’eau pour la moitié de la rivière, avec le saut étant à côté du moulin… et la place pour y construire une maison et martinet, si bon semble aux vénérables prieur et religieux de Bon-Lieu » Cette clause est à l’origine de la construction par les Grappe d’une maison d’habitation au Saut Girard.

En 1840, Claude-Simon Grappe, dernier de la dynastie, cède le moulin à François PILLOT du Saut Girard.

En 1848, transmission du moulin à Théophile GRAPPE et à ses frères et sœurs de la Fromagerie qui démolit la bâtisse en 1875.

En 1876, Joseph-Prosper FIEUX, marchand de vins à Lons le Saunier, reconstruit la bâtisse.

En 1882, rachat par Séraphin-François JEUNET d’un moulin neuf qu’il conservera jusqu’en 1902 ;

En 1892 : le conseil municipal du Frasnois demande à classer comme chemin d’intérêt commun, le chemin  n° 39, menant au Moulin Jeunet, étant donné le très grand service que ce moulin rend à la population par son industrie et son commerce.